Les rêves, mes rêves, ces rêves

Tout ceci a-t’il été réel ? Ai-je pu être celui qui a écrit toutes ces lignes, qui a vécu toutes ces histoires, a entendu toutes ces choses ?

Ai-je pu être le destinataire de toutes ces paroles ? Ai-je pu être le destinataires de toutes ces paroles ? Cela a-t’il pu être moi ?

A qui pensez-vous quand vous pensez à moi ? Quelle forme ai-je pour/en vous ? Suis-je moi en vous ? A qui parlez-vous quand vous me parlez ?

A qui parlez-vous quand vous me parlez ?

Tout jeci a-t’il été réel ? Ai-je été réel à ce moment ? Était-ce moi ?

Était-ce moi ?

Était-ce le même moi que maintenant ? Cela a-t’il pu être le même moi que maintenant ?

Quel chemin ai-je pris entre temps ?

Ai-je tant changé que je ne me reconnaisse pas être le digne descendant de cet être là ?

Ai-je tant changé que ces paroles me semblent destinées à un autre ?

Ai-je tant changé que je ne reconnaisse plus comme étant moi le destinataire de ces paroles ?

Ai-je tant sombré que je ne me reconnaisse plus (digne de ces paroles) ?

Insomnie

J’ai en tête le rythme de certaines paroles de Fauve, que je finirai par trouver avant la fin de ce billet, je pense.

Des paroles qui dises tu es.

Parce que j’en ai un peu marre qu’on me dise qu’il faut que je choisisse ma voie, gna gna gna, y a que moi qui peux, gneu gneu gneu.

J’aimerais bien ne plus être moi, ou en tous cas le moi que je connais. Le moi peureux mollasson englué dans sa mélasse, perdu dans son brouillard dont les autres ne voient que les filaments qui s’étirent débilement. M’extraire de moi, me retourner et faire quelque chose de classe de cette pâte flasque. Un truc un peu sympa, qui brille tranquille mais pas trop, dont je sois un peu fier. Tu sais, un truc dont les meufs s’approchent et lui dise « allez viens je t’emmène, ça va être bien tu vas voir ». Un truc qui daube pas trop, pas trop chiant à traîner, un peu sympa à regarder, un peu intéressant à écouter.

Mais comme je peux pas m’extraire de moi, j’aimerais bien que quelqu’un me décrive les contours de cette pâte.

Et j’ai pas trouvé la chanson de Fauve que j’ai en tête…

Tracklist :

« De ceux », de Fauve, parce que je suis aussi de ceux.

« Loterie », de Fauve, parce que je serai.

Je me souviens

Des engueulades, des enfers. De l’enfer qu’elle m’a fait vivre.

Des blessures

Des ailes qu’elle ma coupée. De l’enfer dans lequel elle m’a plongé. Dans lequel je l’ai laissé me plonger.

Des attaques malhonnêtes, gratuites, avilissantes, inqualifiables, destructrices, innommables.

Je me souviens que je l’ai aimé. Comment ai-je pu ? Comment ai-je pu à ce point me tromper ?

L’amour n’est-il qu’illusion, dupe, à ce point … leurre, chimère ? Douleur, au fond ?

Comment peut-on être aussi destructeur alors que l’on dit aimer ?

Comment être aussi con pour se laisser faire à ce point ?

Je me souviens… de ces phrases comme des tisons que je la laissais me planter. Des coups d’épée dans le dos, encore et encore. Des paroles comme de la lave brûlante sur la peau. Et je me laissais faire. Et je croyais bien faire…

Comment ai-je pu me laisser faire… Que vaux-je donc pour m’être laissé faire… pour m’être laissé détruire, rabaisser, enfermer, manipuler.

Comment ai-je pu confondre ceci avec de l’amour

Je me souviens car j’en porte encore les cicatrices, et qu’elles brûlent encore…

Tu fais quoi ?

Je fais quoi ?

Je sors de là où j’étais, je remets des idées en ordre. Je pose un pied devant l’autre sur du bitume. Je me déplace une petite planète appelée Terre. Je peste contre une décision qui me gonfle, contre le temps qui passe trop lentement, contre l’attente imposée. Contre moi qui donne trop de place à ce qui devrait prendre moins de place. Contre mon inflammabilité patente. Contre ma constitution de merde qui n’a pas encore, qui n’a toujours pas réussie à digérer ; qui a fait pousser des ronces et construit des ruines sur une catastrophe au lieu d’y faire un pont.

Lire la suite « Tu fais quoi ? »

Je suis un photon

J’éclaire les nuits, apporte le jour ; de nature gémelle j’oscille entre deux facettes suivant ce que l’on observe de moi ; je relie, interagis, donne de l’énergie tant qu’elle peut être absorbée ; peu sensible aux contraintes, je me laisse facilement guider, parfois vers des trous noirs.

Inimmobilisable, le seul moyen de me voir est d’observer mes effets, les traces que je laisse.

Petite peur

Viens ici petite peur. Qui es-tu ? Viens ici que nous fassions connaissance.

Arrêtons de nous faire la guerre. Viens, on dit que j’arrête de te fuir et que j’arrête d’avoir … peur de toi.

Viens, faisons route ensemble. On dit que j’arrête de te faire le centre de mon monde.

Viens, faisons la paix. On va dire que je ne t’en veux plus, que je nous pardonne.

Viens, parlons.

 

Tracklist :

  • « Prendre soin de l’enfant intérieur », de Thich Nhat Hanh