Les démons se déchaînent,

déchirent mon esprit et l’éparpille aux quatre vents. En conséquences je ne suis plus là puisque je suis occupé à essayer de le rassembler.

A essayer de le rassembler parce que cela ouvre des abîmes noires en dessous de lui. Des abîmes sombres, silencieux, vides, probablement riches.

Des abîmes que je devrais explorer, n’est-ce pas ? Des abîmes dans lequel je devrais me plonger, n’est-ce pas ? Arrêter de croire qu’il n’est pas possible d’arrêter le temps et enfin m’y enfoncer, n’est-ce pas ?

Profiter, en fait, que mes démons se liguent pour m’écarteler au lieu de le faire à chaque fois séparément. Profiter pour enfin arrêter de les suivre et enfin explorer ce qu’il y a sous mes pieds.

Je suis perdu, éparpillé, perdu et sans but puisque les suivre tous à la fois, ces putains de démons que je prends pour des guides, est impossible.

Perdu, et je ne sais pas pourquoi mais ça ne me fait pas si peur. De toutes façons je n’ai pas la tête à avoir peur puisque je ne suis pas là.

Le temps s’est un peu arrêté en moi. Je me suis un peu arrêté en moi.

Je regarde le vide en moi. Je suis sur le bord et je regarde le vide en moi. Vous me parlez mais je veux que vous me foutiez la paix, parce que je regarde le vide en moi. Je vous donne ce que vous voulez mais foutez-moi la paix : je regarde le vide en moi.

My Kingdom

De la solitude pour atmosphère.

Des chemins de traverse, zigzaguant, ne figurant sur aucune carte, en guise de routes. Des nappes de trance pour chants d’oiseaux. De couleurs, des formes, des liens pour paysage. Un temps instable pour horloge. La nuit le jour, le jour jusque tard dans la nuit, des sommeils courts et agités, peu peuplés de rêves.

Des culs-de-sac, des errements, des impasses, de la mélasse pour cheminement. Peu, distants et (pas si) provisoires sont les compagnons de voyage.

Du froid avec quelques rares explosions de chaleurs, du brouillard souvent, un temps clair rare et éphémère, ainsi est la météo.

Les rêves, mes rêves, ces rêves

Tout ceci a-t’il été réel ? Ai-je pu être celui qui a écrit toutes ces lignes, qui a vécu toutes ces histoires, a entendu toutes ces choses ?

Ai-je pu être le destinataire de toutes ces paroles ? Ai-je pu être le destinataires de toutes ces paroles ? Cela a-t’il pu être moi ?

A qui pensez-vous quand vous pensez à moi ? Quelle forme ai-je pour/en vous ? Suis-je moi en vous ? A qui parlez-vous quand vous me parlez ?

A qui parlez-vous quand vous me parlez ?

Tout jeci a-t’il été réel ? Ai-je été réel à ce moment ? Était-ce moi ?

Était-ce moi ?

Était-ce le même moi que maintenant ? Cela a-t’il pu être le même moi que maintenant ?

Quel chemin ai-je pris entre temps ?

Ai-je tant changé que je ne me reconnaisse pas être le digne descendant de cet être là ?

Ai-je tant changé que ces paroles me semblent destinées à un autre ?

Ai-je tant changé que je ne reconnaisse plus comme étant moi le destinataire de ces paroles ?

Ai-je tant sombré que je ne me reconnaisse plus (digne de ces paroles) ?

Shéhérazade (syndrome de)

Consiste à raconter des histoires sans jamais les finir, juste pour que l’autre ai toujours envie de vous avoir auprès de lui.

Par extension :

  • Créer des bugs pour garder son poste ;
  • Faire du code trop compliqué et être le seul capable de le comprendre ;
  • Manipuler quelqu’un en lui faisant croire que vous êtes nécessaire à sa vie.

Synonyme : se rendre indispensable.

« Parles »

Elle s’appelait Laure. J’avais une 25aine d’années. J’étais tombé immensément amoureux d’elle, de ses grand yeux bleus, de sa douceur. Mais à cette époque je ne connaissais pas vraiment mes sentiments, je ne savais pas vraiment mettre des mots dessus.

Elle avait quelqu’un dans sa vie.

Nous n’avons fait que nous effleurer. Mon cœur s’est arraché quand un soir elle est entrée dans la rame de métro en me laissant sur le quai.

Une semaine après nous mangions dans un bouiboui du quartier. Nous étions silencieux. Elle m’a regardé avec ses grands yeux bleus et sa douceur et elle m’a dit « parle… »

Elle ne me l’ai pas « dit ». Elle me l’a intimé + conseillé + supplié + ordonné + suggéré.

Ça m’a hypnotisé, je n’ai pas pu résister, me cacher ni prendre le temps d’ordonner mes pensées.

Alors j’ai parlé, j’ai tout déversé.

Se donner

Entendre monter la vague, la voir arriver DROIT SUR TOI et savoir ce qu’il va t’arriver.

Tu vas te faire défoncer et ça va être BON. Tu vas savoir d’où viennent les coups et tu pourras surfer dessus, tu les connais PAR CŒUR.

Et tu te donne avec une joie d’autant plus grande que cela va être court et que tu en sortiras rincé, lavé.

Comme dans une extase.