Ca va finir par se voir

Batucadas, jour 3.

Suite à un emploi du temps embouteillé cette semaine, je vais aux batucadas ce lundi. Suite à une conf apache qui me résiste, je pars à la bourre du taf. Suite à une RATP de merde j’arrive trop à la bourre pour le cours de 19h. Plein d’indécisions, je me rabat sur le cours de 21h.

Que je pensais pour les débutants.

Mais non, c’est le cours intermédiaire (à ma décharge, le cours de 21h le vendredi est pour les débutants). Je demande au prof si oui, il me dit que oui, et j’y entre donc. Il me dit caisse claire, comme je ne sais pas en jouer, je prends le repique dont j’ai appris le maniement au cours dernier. Après un peu d’observation, je ne joue pas (leur rythme est trop rapide pour mon niveau dans cet instrument). Le prof grille mon trouble, me colle la caisse claire dans les mains et en 10s m’en enseigne le maniement : main gauche ainsi, main droite comme ça, et tape donc.

Voilà, moi qui me suis interrogé depuis tout petit comment faisaient les troubadours pour jouer du tambour, en 10s d’apprentissage je viens d’acquérir la base. Prends ça dans ta face.

Et il se trouve que c’est pas bien compliqué, presque aussi simple que le surdo, mais il me reste encore ce foutu rythme à avoir. La formation est … formée : elle connaît les « phrases » et les gestes du meneur (le prof). Moi pas, donc j’apprends : j’essaie de coller au rythme, de deviner la signification des gestes. Le temps passant, à force de taper, je chope le mouvement. Je kiff. J’observe les autres : ils ont une maitrise que je n’ai pas encore. J’essaie tout de même le drrrrrrrrrr que le prof vient de me montrer. Magique : ça passe tout seul. Dans ta face again : je pensais que ça s’acquérait avec des années de pratique, mais non : tape, et fais rebondir la baguette. Ça y est, tu l’as, suffit de le caser au bon moment.

Puis on arrête de jouer, on passe à un peu de technique. Okay, manifestement j’ai encore besoin d’entraînement : la coordination et l’alternance gauche/droite, c’est pas encore ça. Néanmoins, le rythme est moins monotone, plus « swing », je commence à comprendre et faire naturellement les mêmes gestes que les autres (même coordonnés un peu en bordel). Mieux : je n’y pense presque pas, ils arrivent presque naturellement, plutôt dans le rythme.

Mieux… depuis le début du cours, je vois : le rythme m’apparait comme des formes dans l’espace, qui s’agencent : des sortes de rectangles accolés dont la couleur dépend de l’instrument. Et c’est ainsi mémorisé dans ma tête : je vois plus que je n’entend. Alors je ferme les yeux et regarde les formes autour de moi : des forment dansent, plus ou moins bien agencées, et moi je m’inscris dedans. Mes mains bougent presque seules. Je n’aurais jamais cru être capable il y a seulement une heure de battre ainsi de ce genre d’instrument à ce rythme là avec cette (relative) aisance là. Je me prends à ne plus regarder ce que je fais, à le sentir, à sortir des gestes appris, à inventer.

On refait le drrrrr. Ça passe moins bien, encore à cause de cette foutue coordination gauche / droite. Mais … je sens l’apport de la capoeira et des cours de house : sans ça, sans eux, je n’aurais jamais eu un soupçon de sens du rythme et du placement.

On se met en formation, le prof nous fait jouer ce à quoi nous venons de nous entraîner. Le drrrrrr passe pas trop mal, quand il est au bon moment, ce qui n’arrive pas assez souvent. J’ai beau voir les formes, je n’arrive pas à les reproduire aussi bien que je le voudrais ; je n’arrive pas à mémoriser la séquence entière. Mais … je me surprends à jouer pas mal en rythme, assez rapidement, et sans y penser. Dans ta face ultime : ça rentre, c’était pas difficile, j’ai l’impression d’être un poisson qui a retrouvé son océan, je me sens des ailes, un second cerveau, une porte ouverte, un verrou sauté, un vent frais, une nouvelle liberté, une univers de possibilités, une naissance invisible et silencieuse (quoique 😉 ). Je sais que sans la capoeira et sans ce déclic en cours de house je n’en serais pas là à ce moment précis.

Pourquoi ai-je mis tant de temps à me mettre aux batucadas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.