La Capoeira c’est comme le vélo : ça s’oublie pas

Enfin … pas trop.

Lundi d’avant : trop claqué, trop la flemme d’y aller. J’ai eu tort, je sais.

Hier, donc, sortage du doigts du coin/coin, et go.

Entraînement classique, mais ça m’a fait plaisir de retrouver toutes ces bouilles, et surtout ce rythme. Et me bouger le cul, et retrouver ces gestes,

et retrouver ce rythme …

Fin du cours, roda à laquelle je participe peu. Puis je demande à un corde verte que j’apprécie beaucoup et qui pourtant vient quasi à chaque fois aux cours débutant pourquoi il vient, il me répond que c’est pour en faire plus. Oui, forcément, suis-je con …

Et enfin, assemblée générale, à laquelle je ne participe pas, une masseuse privée m’attendant à la maison.

Et ce rythme qui colle aux oreilles …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.