Ce merveilleux jour

Ça claque, non ?

J’aime bien cette date : en tout début de mois, vers la fin du printemps, quand il commence à sérieusement faire bon.

Un jour avec un petit chiffre qui précède celui du mois, presque vers le milieu de l’année, en tous cas vers le haut du calendrier. Une date qui dit « azi, je trône en haut du dernier mois qui est en haut du calendrier ! En dessous de moi, la descente ! » Une date se prononce d’un trait, sans s’étendre.

Une date en jaune couleur soleil.

Ma date à moi.

Formule magique et casquettes

Et si la formule magique était 4/5 de casquette 1, 1/5 de casquette 2+3, pour commencer ?

Casquette 2 va me manquer. Je ne vais pas pratiquer casquette 2 autant que je le voudrais. Autant qu’il le faudrait.

Mais le faut-il ?

Certains disent qu’il le faut. Mais moi ?

Non… moi je sais que ça va me manquer… Les patients, le contact, la technique, le jeu de la connaissance, le stress, les coups de speed, les imprévus, les nouvelles têtes…

Ça va me manquer

Mais j’y reviendrai

Je ne sais pas

« Je ne sais pas », ça veut dire que je ne sais vraiment pas.

Ou alors que je ne sais pas trop, disons que j’ai pas encore décidé.

Ou alors que je ne sais pas du tout du tout.

Ou alors que je sais, mais que je n’ai pas envie de répondre car je n’ai pas envie de m’embarquer dans des justifications, des explications, des argumentations.

Lettre à moi-même

Je te demandes si tu es une bête féroce ou bien un saint
Mais tu es l’un, et l’autre. Et tellement de choses encore
Tu es infiniment nombreux
Celui qui méprise, celui qui blesse, celui qui aime, celui qui cherche. Et tous les autres ensembles
Trompe-toi, sois imprudent, tout n’est pas fragile
N’attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie
Parce que le plus important n’est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d’être

Oh oh oh qu’est-ce que tu fais ? Arrête !

Qu’est-ce qu’il te prend de faire des trucs pareil ?
Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? Qu’est ce qui ne va pas ? Parle-moi, tu sais que tu peux tout me dire
Mais nan mais c’est des conneries tout ça tu le sais
Regarde-moi dans les yeux. Regarde-moi. On s’en branle, c’est pas important
Moi je te trouve magnifique. Depuis la première fois que je t’ai vu
D’ailleurs, je ne m’en suis toujours pas remis
Et puis comment je ferais sans toi moi ?
Et puis comment l’univers il ferait sans toi ?
Ça ne pourra jamais fonctionner. C’est impossible
Alors faut pas pleurer ! Faut pas pleurer. Parce que ça va aller je te le promets, ça va aller

Parce qu’on est de ceux qui guérissent, de ceux qui résistent, de ceux qui croient aux miracles

Tracklist : « Blizzard » de Fauve

Deux petites voix

little_voice_by_moonywolf
Deux petites voix dans ma tête me sifflent des choses contradictoires.

L’une me dit de voir du monde, de bouger, parce que ce n’est pas si grave que ça, parce que c’est la vie et que la vie est ainsi.

L’autre me dit de rester chez moi, seul, à me déposer, à laisser passer sur moi.

Les deux crient aussi fort l’une que l’autre.

Laquelle dois-je écouter ?