Saint Valentin, lumières et coup de la panne

Hier soir, je devais aller passer la soirée chez une amie (Vicka, pour ceux qui connaissent).

Je prends donc ma meule au départ de mon taf. Le trajet est simple: N118, Viroflay. J’en ai pour au pire 10km.

Sauf que je prends la N118 dans le mauvais sens. Ceux qui connaissent le coin de Vélizy savent qu’il est facile de prendre la N118 dans le mauvais sens. Et ceux qui se sont trompés de sens, comme moi un bon nombre de fois, savent à quel point c’est CHIANT, parce que c’est pas facile de faire demi-tour.

Je pars donc vers Verrière, Massy, Palaiseau, la vallée de la Bièvre, tout ce coin certainement charmant mais qui n’est PAS ma direction.

Je prends mon mal en patience et file. Je m’aperçois que tiens, ça éclaire pas bien. Ceux qui connaissent la N118 savent que ce coin n’est pas éclairé…

Fait chier, mon ampoule qui est claquée. « Pas étonnant », me dis-je, vu qu’il y a un trou dans mon optique. L’eau a due rentrer et faire un choc thermique sur l’ampoule.

Je me met en plein phare, mais ca dur 2 secondes avant de s’éteindre: filament de plein phare HS… Super… Me voilà dans la mauvaise direction, sans autre phare que ma loupiote de position, sur une route où c’est chiant de faire demi-tour…

Je prends la première sortie, voyant qu’il y une entrée de l’autre côté de la N118 (c’est donc que je peux faire demi-tour). Sauf que ce n’est PAS celle à prendre! Je crois qu’il faut prendre la seconde. Faire demi-tour à celle-ci est … épique: il faut s’en éloigner, revenir, et prendre un tout petit embranchement pas éclairé.

Je m’éloigne, reviens, et loupe l’embranchement (pas éclairé, sans phare, sur une route pas éclairée, pas étonnant!) Je hurle sous mon casque, et suis les voitures. Et je flippe de louper un virage et de me mettre dans le fossé… Je continue, j’arrive vers Palaiseau, je demande comment faire pour retrouver cette putain de N118. On me dit d’aller là-bas loin, et de revenir.

Je vais là-bas loin, et reviens, toujours dans le noir. Je retrouve l’embranchement pas éclairé. Je me rend compte que je pilote à la lumière de la lune…

Je prends la N118 dans le bon sens, et fini par arriver chez Vicka avec au compteur 20km de plus que ce qu’il aurait fallut…

La soirée se passe, je pars.

J’arrive près de ma moto, met le contact, bouton de démarrage et … clac. Comme au bon vieux temps ou le démarreur ne voulait plus bosser. Sauf qu’en plus là, pas de voyant sur le tableau de bord, comme quand il n’y a pas de batterie…

« Ok », me dis-je. « Tu veux jouer ». Heureusement que le terrain est en pente. Je pousse, saute dessus, et ça démarre … mal: ça fait un bruit étrange, comme des coups de marteau à l’intérieur du moteur. J’entend des « PSSSHHHH » intermittent dans le pot, genre un trou avec une valve qui s’ouvrirait de temps en temps, et d’un coup une explosion s’y produit.

Je coupe tout, re-pousse la moto. Elle re-démarre mal, genre une poussière dans les carbus. Je maintiens l’accélération en espérant faire passer la poussière (si c’est ça), ça marche pas beaucoup mieux, toujours ces coups de marteau, et des « PSSHHHH » dans le pot, genre ça tousse.

« Je vais pas pouvoir rentrer comme ça, c’est clair ».

Je vais pour garrer la moto, et je percute que ce que j’entend, ce n’est qu’un cylindre qui tourne! Fatalement: ça sent l’essence, et les gaz explosent parfois dans le pot… Mais comment j’en suis arrivé là?? Quand ça tourne sur un cylindre, ça prévient, avant, non? Apparement pas…

J’hésite à regarder la boîte à fusible, à jetter un oeil aux bougies, mais il est 23h passé, je suis crevé, ça caille, et c’est pas comme si j’étais paumé en plein campagne…

Je vais frapper chez Vicka, qui m’héberge pour la nuit.

Je cherche sur le net comment aller à mon taf le lendemain matin en transport. 1h, et 3 changements. Pas la mort… Je cherche un numéo de téléphone de dépanneur, quand je percute ma situation: mon mobile est bientôt à court de batterie, Vicka n’a pas de fixe, elle bosse le lendemain, et elle n’a pas de voiture… Je vois déjà mon lendemain matin se transformer en RTT, et mes collègues râler…

Je me couche (non, pas avec elle), et met du temps à m’endormir… Tout valse dans ma tête: dépanneur (oui ou la laisser ici et revenir bien plus tard la réparer ou la remorquer?), réparation (à la main? chez Thomas? à l’atelier proche de mon taf?), temps de trajet, réunion demain, taf à faire, vacances la semaine prochaine, prix de tout ça… De tout ça les deux meilleurs compromis sont: appeler un dépanneur et envoyer ma moto chez Thomas, ou à l’atelier proche de mon taf.

Le lendemain, j’appel Thomas, qui me diagnostique… un régulateur+batterie HS, ce qui explique(rait) les ampoules grillées (surtension) et la batterie morte. Mais pas, à mon goût, le fait que tourne sur un cylindre.

Il ne peut pas prendre ma moto pour cause d’atelier en travaux, j’appel le dépanneur et lui donne l’adresse du mécano proche de mon taf.

La nana au bout du file m’annonce: « Ca fera 120€. Vous voulez réfléchir? »

Arg. Réfléchir, oui, mais vite: j’ai plus de batterie à mon phone…

Je lui dit ok, et le dépanneur (Team Depan’ 2 roues) arrive 20 minutes plus tard (efficace!).

Je laisse ma moto chez le mécano, qui me dit qu’il est fermé la semaine prochaine (ça tombe bien moi je suis en vacances) et qu’il pourra pas la regarder avant le vendredi suivant… mais que j’ai pas de frais de garde 🙂

Et j’arrive à mon taf vers 11h (preque pas en retard, donc 😉 ), plus léger de 120€.

J’en parle à un collègue motard, qui me dit entre autres que peut-être que les surtensions ont grillées l’antiparasite d’une des bougies, ce qui expliquerait qu’elle tourne sur une patte…

Les bons côtés de l’histoire sont tout de même:

  • j’avais tout de même un petit peu de lumière (celle de position)
  • il flottait pas des trombes d’eau (de nuit, sous la pluie, avec des trombes d’eau et pas de lumière, ça aurait été l’agonie…)
  • ça s’est produit juste devant chez Vicka. C’est moins bien que si c’était en bas de chez moi, mais moins pire que si ça s’était passé sur la route.
  • au lieu de dormir une semaine dans la rue pendant que je serai au ski, ma moto va dormir au chaud dans un atelier 🙂
  • ça va sans doute ENFIN régler ce problème de démarrage (m’est avis que c’était pas les charbons qui étaient usés, ces derniers temps, mais le régulateur qui faisait des siennes)

2 réflexions sur « Saint Valentin, lumières et coup de la panne »

  1. Je comprends ta douleur :
    – la 118 est tellement mal fléchée qu’à mon avis c’est Gilbert Montagnier qui a dû poser les panneaux (le nombre de fois où je me suis retrouvé coincé comme un con dans la vallée de la Bièvres à cause d’un panneau tourné dans le mauvais sens !)
    – la moto qui tourne sur une seule patte, c’est l’horreur, et en plus si tu laisses filer trop longtemps comme ça tu es bon pour des petites flammes au cul pendant quelques temps chaque fois que tu montes dans les tours (dans le meilleur des cas) ou carrément un pot à foutre à la benne (dans le pire).
    Ca me fait hurler quand des éléments électriques lâchent sur un véhicule. Quand tu vois le degré de technicité auquel on est capable de prétendre sur la partie cycle, sur des freinages couplés avant-arrière, les constructeurs continuent d’installer du matos faiblard et de câbler les machines façon cheap (et ça te réduit pas la facture pour autant). Pourtant c’est pas le plus dur de faire de l’électricité propre. Et les pannes électriques sont tellement chiantes et lourdes de conséquence, et en même temps faciles à éviter en installant du matos correct dès le départ, qu’on se dit qu’ils doivent s’en foutre, en fait…
    D’un autre côté, faire face à l’adversité ça participe au côté warrior du tarmo. Les mains pleines de cambouis, ouais, trempé comme une soupe à 2h du mat en carafe au bord d’une nationale merdique, mais on sait garder son sang-froid ! 🙂
    -G4rF-

  2. Une moto qui tourne sur une patte, sur un bicylindre, c’est radical: tu bouge pas! Pour que le moteur tourne, fallait que je mette les gaz; au ralenti, ça calait. Je me voyais pas me faire le 10 ou 15 bornes jusqu’à chez moi comme ça!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.