Rêves+réalités

Ca m’est encore arrivé, la nuit dernière : ça a débordé. Pour le coup ça m’en empêché de dormir ; ça et le mal de crâne que la soirée de la veille m’a causée (barbapapa + punch + blanc + rouge + Champagne, faut pas).

Ce n’est pas la première fois que les protections ne fonctionnent pas. C’est même la troisième ou quatrième fois.

Toute les nuits, pourtant, pour beaucoup d’entre vous/nous, c’est la même chose : votre esprit part dans le Monde Parallèle, vous y (re)faites un bout de votre vie, passée, présente ou futur, vous y assouvissez vos fantasmes, exorcisez vos peurs, (re)vivez de bons ou mauvais moments, y passez parfois une journée ou deux (en tous cas c’est la sensation que vous avez), mais au retour les protections font que cette Vie-là vous apparaît comme un rêve.

Disons que pour la plupart des gens c’est ainsi, pour la plupart de mes nuits aussi ; sauf quelques fois, comme la nuit dernière.

Lire la suite « Rêves+réalités »

Hurlement

Je me rappel peu de choses, de mon rêve. De mon cauchemars, plutôt. C’est flou mais je vais essayer de raconter.

Je me souviens de deux scènes: l’une où une bête, nue et étrangement humaine, marche comme ivre près de je ne sais pas quoi, peut-être une table ou un bureau, encombré d’une quantité phénoménale d’objet. Elle a l’air de souffrir vu sa démarche erratique, en plus de chancelante, et ses gestes: elle se tient la tête à deux mains.

Dans la scène suivante, cette bête, debout, hurle. Elle est proche de ce qui semble être une paillasse, ou peut-être un lit. Le cri est court mais l’atmosphère est au silence, donc le bruit détonne, comme décalé. Comme s’il n’était pas à sa place, comme si ce n’était pas ce qu’il fallait faire. Et d’ailleurs je sens que ce cri n’est pas naturel, pour la bête, comme si elle n’en avait pas l’habitude, que c’était la première fois qu’elle agissait ainsi mais que c’était son ultime recours pour exprimer ce qu’elle ressent.

Ces deux scènes se passent dans une assez petite pièce à dominante jaune ou rouge, je ne sais plus très bien. Je n’arrive pas à distinguer le reste de la pièce.

Le plus étrange, dans tout ça, c’est la désagréable sensation que je m’observe, que cette bête est moi.

Inspiration: H.P. Lovecraft

Carapace

– Oh regarde! la bestiole!

– Mmm… Elle a l’air bizarre, sa carapace. Touche, pour voir?

– … hey … je m’approche mais … regarde … on dirait qu’elle ne sent rien.

– Pousse-toi, laisse-moi, voir … ah oui, tiens, étrange … je la caresse et ça ne lui fait rien. Attends … mmm … oué, regarde: si je la pince ça la fait réagir. Mais apparemment pas quand je la caresse. Bizarre, non?

– Oui … d’autant plus qu’elle a une bonne bouille, cette bestiole. Etrange que ça ne lui fasse rien qu’on la caresse, non?

La bestiole

-Viens là, dooooouuuuuucement…

– Ah mais fous-lui la paix, à cette bête!

– Rhhhaaa, laisse-moi faire.

– Oui mais là tu la soule, tu ne vois pas? Elle est planquée, et tu viens la faire chier.

– Mais non, elle fait son cinéma.  Je sais qu’elle aime bien la compagnie.

– Ouais, mais pas tout le temps, tu vois pas? Mais…. FOUS-LUI LA PAIX! Tu vois pas la tête qu’elle fait?

– Mais elle fait pas une tête bizarre, là. Et puis je ne fais rien, je veux juste la caresser.

– Oui mais là il me semble que même la caresser est exclu. Je la connais bien: quand elle est comme ça il vaut mieux le foutre la paix.

– Aaaahhhh…. Mmmppppfff … Aaaahhhh! Voaaaaalà! Tu vois? Elle ne m’a pas mordu ni rien.

– Oui, et de toutes façon elle ne le fait jamais.  Mais je sais qu’elle n’apprécie pas et que là elle avait envie qu’on lui foute la paix. Tu vas lui plomber le moral, avec tes conneries, et c’est pas ça qui va l’aider.

– L’aider quoi l’aider? Moral de quoi??? Pouarf! Elle a grave le moral! Elle va très bien! Regarde-là: elle a l’air d’avoir besoin d’aide? Non. Elle a même l’air plutôt contente que je la prenne. Hein petite bestiole? Tu raconte que des conneries: cette bête aime la compagnie, pas la solitude.

– Pfff… balibillevesées. Je sais ce que je dis, je la connais mieux que toi… Mébon, démerde-toi. Moi pour ce que j’en dis… Mais un jour elle va se barrer et tu ne la verras plus et tu te demanderas pourquoi.

– Ouais ouais c’est ça…

Cadeau

« Qu’est-ce donc là que tu m’offre? »

« Je n’en ai pas l’habitude. Je ne sais pas comment on l’utilise. »

« Ah si, je me souviens. Mais… c’est pour moi, tu es sûre? Non, je ne le mérite pas, reprends-le. »

« Ok d’accord, je le prends, mais je ne m’en trouve pas digne, sache-le. »

« Oui oui, je sais que ça te fait plaisir, bien sûr. A moi aussi, d’une certaine manière, mais … tu es sûre que c’est à moi que tu veux l’offrir? Pas à quelqu’un d’autre? Parce que bon, hein, je vais me répéter mais je ne m’en trouve pas digne. »

« Je l’ouvre, d’accord, d’accord »

« Ah oui, tout de même… Mais tu es sûre que c’est pour moi? Parce que ça fait beaucoup. Je n’ai pas l’habitude, tu sais. Enfin si, mais tu vois ce que je veux dire. Non? »

« Ok ok, je l’utilise. Oui, oui ça me fait plaisir, bien sûr, quelle idée! Oui, à toi aussi, je sais. J’espère juste que tu ne me mens pas en me disant que ça te fait plaisir… »

Bien plus tard…

« Oh, tu m’offre encore un cadeau? C’est gentils! C’est la même chose? Coool! Juste pour moi, encore? Tu es sûre? Tu sais que je suis gêné, là… »