Illusions – la pluie

Toujours la même pente, la tête dans les nuages, encore, tu somnolais un peu, comme tous les matins.

La masse blanche est toujours là, avec à ses pieds, devant toi, toujours ces marcheurs. Tu les suis.

En haut de la crête cette fois-ci pas de vent, mais une odeur d’humidité. La pierre mouillée, la lande humide. Des souvenirs arrivent, furtivement : de grands espaces, des matins calme, l’air lourd et frais.

Ou peut-être as-tu inventé cette dernière odeur ? Car après tout tu viens de te rendre compte que tu es à la Défense, et qu’il n’y a pas de végétation, sur le parvis de l’arche.

Illusions – le vent

Tu fini de grimper ta pente, la tête dans les nuages. Tu as un peu chaud (la pente était un peu raide), perdu dans tes pensées.

Arrivé au bout, un vent un peu frais te surprend. L’odeur un peu métallique, un peu humide, te fais dire que ça y est, tu es arrivé au sommet de la crête. Des souvenirs affluent, se mélangent aux impressions qui les ont générées. Un sourire commence à faire fléchir tes lèves. Tu lève le nez pour contempler le paysage.

Et tu t’aperçois que tu es à la Défense.

Le sourire meurt, les souvenirs continue leur expansion dans les impressions qui sont pourtant toujours réelles.

La capoeira, parfois…

Photo 30-11-2013 18 56 11 … ça passe pas …

Trop dormi, peut être, du coup cerveau nettoyé et qui n’a pas envie d’apprendre quoi que ce soit, ok.

En tout état de cause je n’étais pas présent, je faisais que des conneries, je n’arrivais pas à mémoriser la séquence. Du coup je me suis mis à l’écart, assis dans un coin, à observer la scène de loin : peu d’élèves, la musique était stoppée, je n’entendais que les bruits des pas sur le sol et la voix du prof. Tout ceci me paraissait lointain…

J’étais sur ma planète…

J’étais bien…