Illusions – la pluie

Toujours la même pente, la tête dans les nuages, encore, tu somnolais un peu, comme tous les matins.

La masse blanche est toujours là, avec à ses pieds, devant toi, toujours ces marcheurs. Tu les suis.

En haut de la crête cette fois-ci pas de vent, mais une odeur d’humidité. La pierre mouillée, la lande humide. Des souvenirs arrivent, furtivement : de grands espaces, des matins calme, l’air lourd et frais.

Ou peut-être as-tu inventé cette dernière odeur ? Car après tout tu viens de te rendre compte que tu es à la Défense, et qu’il n’y a pas de végétation, sur le parvis de l’arche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.