Désert

desert_cave_by_freelancerart-d32tevzDifficile de savoir ce qu’il se trame dans sa propre tête …


Difficile de ne pas se laisser submerger par ses émotions. Mais quelles émotions ?

Difficile de savoir d’où vient ce violent désir d’être seul, et de maitriser cet instinct de survie qui me pousse à me réfugier à l’intérieur de moi.

Difficile de faire comprendre ça à celle que l’on aime.

Difficile de résister à la tentation de prendre la tangente. Difficile d’être présent au monde, tout de même.

Difficile d’obéir à cette petite voix qui t’intime violemment de te réfugier en toi. Encore plus difficile de lui désobéir.

Difficile de nier que j’ai besoin de calme, que je ne suis qu’a moitié présent et que mon autre partie est …

21c59cbee75e0a853bcb943dd08454a3-d3eu8c1dans un grand désert, à marcher calmement, précautionneusement comme sur un fil tendu.

Tout doucement afin de tester (voir ?) si le reste autour s’écroule quand je ne m’en occupe pas.

Pourtant pourtant je n’ai pas pas pas du tout l’énergie de m’occuper de ce qui menacerait de s’effondrer.

Je dois veiller à ma survie, à moi. Je ne suis plus, là, de taille à affronter quoi que ce soit.

Je suis seul, pas si éparpillé mais sérieusement diminué par quelque chose que je n’arrive pas à identifier.

Alors je ne me bats pas, je ne me bats plus, mais je marche sans faire le malin en observant autour de moi, en silence, en silence.

En observant autour de moi un paysage tout à fait étranger à mon état d’esprit.

En ce terrain étranger je tente de déterminer, sereinement déterminé, où me ressourcer, où sont les dangers.

J’écarte, m’éloigne, de ce qui en représente et m’entoure de

vide.the_void_by_dragonbrush-d18jhph Que je veille à ce que rien, ni moi ni personne, ne traverse ni brise.

1 réflexion sur « Désert »

  1. Renaitre de ses cendres, après avoir consumer l’énergie de vie qui nous faisait avancer jusque là.
    Renaître à la Vie comme le Phoenix , encore plus flamboyant afin de gouter à autre chose.
    Goûter la VIE avec ses frasques, avoir la saveur de ce qui nous fait Vivre afin de se connaître et se reconnaître pour enfin,ÊTRE.
    Regarder la Vie , notre vie comme on contemple la beauté de l’Océan, avec ses tempêtes, ses temps calme , ses couchés et ses levés de soleil, ses nuages toujours dessinés avec précision.
    Se laisser traverser par la Vie pour mieux goûter les joies et les peines,regarder nos humeurs bonnes ou mauvaises, comme des nuages d’automne, en un mots VIVRE en étant VIVANT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.