Un être vous manque

Et vos vacances ont un autre goût.

Kathmandou -> Ambassa, pour aller ensuite au parc national de Bardia.

14h de bus sur des chemins un peu défoncés. Impossible de dormir dans un tel saladier. Surtout quand votre voisin de derrière passe son temps à se racler la gorge, et que la fenêtre passe son temps à s’ouvrir.

Changer ses désirs plutôt que l’ordre du monde, et changer de place plutôt que pester dans son coin : aller dormir dans l’allée, devant, puis se faire inviter à dormir dans la cabine du conducteur pour finalement dormir 1h et arriver à bon port, au petit matin.

Pourtant… Tout ceci manque de magie. Je n’ai pas l’émerveillement du gamin que j’étais et j’avoue n’avoir qu’une hâte : rentrer.

Je ne suis qu’à moitié ici. Mon autre moitié…

Les paysages sont peut être splendides, mais je n’en profite pas.

2 réflexions sur « Un être vous manque »

  1. Le passé est passé, le future n’est pas encore Là , le Présent est une bénédiction.
    Ici et maintenant est la seul façon D’être .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.