Quantique

La mécanique quantique fonctionne ainsi : une particule n’existe pas. N’existent que des probabilités qu’elle soit en un endroit ou dans un autre jusqu’à ce que la mesure (de la position) se fasse. Dans ce cas elle « décide » où elle se trouve.

Et si la pensée était comme la mécanique quantique, c’est-à-dire que tant qu’une idée n’est pas formulée, sous forme de parole ou d’acte, elle n’existe pas vraiment, ou en tous cas dans un état incertain ? Que tant qu’une décision n’a pas été édictée le choix est toujours incertain ?

Selon un des derniers Sciences&Vie les neurones sont de machines statistiques, et pas à état défini, ce qui tendrait à prouver cette hypothèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.