Aphorisme des mots

Les mots sont le sang de l’âme.

Je me demande si elle n’existe pas déjà, celle-là, tiens… Une brève recherche sur Gougle m’informe que non, j’en serais donc l’heureux géniteur, comme a priori les précédentes.

Parfait 🙂

Le cheminement part de ce matin, dans le bus, avec la constatation que j’ai envie d’écrire à une certaine personne.

Pourquoi? Parce que je me sens blessé par elle. Du coup rapprochement: j’écris quand ça va mal. Puis image: écrire tant et tant dans cette situation fait penser au processus de cicatrisation d’une blessure.

Exécution: j’ai écris. Puis encore. Puis j’ai encore envie. Et l’image s’affine: écrire ME fait du bien, écrire comble MA blessure.

Et peu de temps après cette impression se cristallise en cette petite phrase.

Double effet kiss-kool: ça pourrait aussi vouloir dire que les mots sont ce qui meut l’âme. Quoique pour cette dernière signification ça prête à interprétation…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.