Pour quoi suis-je payé?

Nan mais c’est vrai, après tout: pour quoi suis payé? pour quelle tâche?

Je fais un boulot intellectuel (pas manuel, quoi), donc j’utilise ma tête, pas mes bras. Alors, pour quelle partie de ma tête me paie-t-on? Ce que j’ai appris au boulot ou … ce que j’ai appris en dehors?

Nan mais parce que faut dire: je pense pas que, dans mon taf, on puisse en être là où j’en suis si on n’en fait pas en dehors. Je veux dire par là que ce que je fais en dehors, ce pour quoi je me couche parfois 4h, je m’en sert au taf au bout d’un moment.

Mais me paie-t-on pour ce que j’ai appris en dehors? pour ce que j’ai appris en dehors de mes heures de boulot?

5 réflexions sur « Pour quoi suis-je payé? »

  1. On te paie pour ce que apportes à l’Entreprise afin qu’elle puisse réaliser son objet social. Et ce quel que soit l’origine de la connaissance que tu mets en œuvre. Des fois ça vient de l’extérieur (tes études antérieures, ou le petit truc que tu as lu dans la presse, par ex), des fois de l’entreprise elle même (stage, collègues).

  2. La Couillonnerie Sociale, c’est une entreprise ? On m’aurait menti ??
    Nan, moi je croyais juste que c’était une structure spécialiste es-Clavage et Sodomie…

  3. « Et ce quel que soit l’origine de la connaissance que tu mets en œuvre »
    C’est un peu ce qui me gêne: c’est comme si j’avais passé mon temps « hors entreprise » a en fait bosser pour elle. Et ce « travail hors champs » n’apparaît pas dans mon contrat, ou dans ma paie… Et même s’il apparaissait, ça me ferait de toute façon chier de me faire payer pour un truc que je pensais faire pour moi, et pour qu’une entité abstraite dirigée par un mec qui n’en a rien à foutre de moi le vende à quelqu’un.

  4. Tu connais le paradoxe de l’aile d’avion? Elle se sert de l’air pour soutenir l’avion, mais l’air empêche l’avion (et ses ailes) d’avancer. Travailler en entreprise te pique ton énergie, mais te permet de réaliser ce que tu réalises. Le plus difficile est de trouver un équilibre entre les deux. Au fil du temps il se crée pourtant cet équilibre – déséquilibré diront certain – entre ce que tu lui apportes, et ce qu’elle t’apportes. A toi de lui prouver que ce que tu apportes a plus de valeur que ce qu’elle t’apporte, et rééquilibrer la balance (Ça, moi je n’ai pas su le faire…). D’autre part, dans l’entreprise ou en dehors, tu es la même personne, tu ne peux donc pas laisser ton acquis à la porte pour être un autre à l’intérieur.

  5. De toute façon tu te fais entuber par l’entreprise, c’est obligé: sinon tu n’es plus rentable pour elle et tu es viré. C’est mécanique.
    Justement il ne faut pas prouver que j’apporte plus que ce qu’elle m’apporte, puisque c’est dans la mécanique 🙂 Si le contraire se produit, elle est perdante et te vire. C’est simple.
    Il n’y pas d’humanité ou de compassion, là dedans. Les « dirigeants », ou au moins ceux qui prennent ce genre de décision et font ce genre de calcul, laisse leur humanité sur le pas de la porte quand ils entrent dans la boîte, et c’est ce qui me révolte: j’ai l’impression que cette partie de l’humanité se ligue contre une autre pour le profit d’une entité abstraite qui les manipule.
    J’ai l’impression que trop de monde base sa vie (sa vie!) sur le boulot, et je trouve ça réellement dangereux: on ne maîtrise pas son chef, et son seul intérêt est que tu rapporte plus que tu ne coûte, point.
    L’équilibre n’est jamais atteint: la boîte est toujours gagnante, toi tu ne fais qu’un compromis. Toi tu es là pour vivre et gagner de l’argent, elle est là juste pour faire de l’argent, pas pour faire oeuvre d’humanité. Si l’équilibre était atteint, la boîte ne ferait pas de bénéfices 🙂
    J’aimerais faire ce pour quoi elle me paie, pas plus, pas moins, et lui donner ce qu’elle mérite d’avoir, c’est à dire certainement pas mon humanité et ce que je fais en dehors.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.