Se laisser guider

J’adore mon prof de capoeira, je ne sais pas bien pourquoi.

Je le connais depuis plus de 4 ans et c’est de lui que je tiens cette âme de ce sport, qui constitue ma structure depuis lors.

L’ai-je choisis pour me guider ? Qu’attend-il de moi ?

Je lui parle peu, mais Buddha sait à quel point il m’a influencé …

 

Inspiration :

Dans mon sac il y a …

Des baguettes de caisse, mon carnet de chèque, un appareil photo numérique, un bouquin que j’ai lu et pas encore enlevé (« Rituel », Mo Hayder), un casque audio, un pot de confiture, des magasines (les inrock, philo), un bouquin que je suis en train de lire (« Le sens musical », John Blacking), des stylos, deux clés USB de dépannage d’ordi, un carnet de notes, des médocs (tête, bide), de quoi recharger mes deux téléphones, des cartes de visite, un petit mousqueton, des bouchons d’oreille, mon portefeuille, et d’innombrables papiers que je n’ai pas encore pris le temps de jeter…

Une soirée

G qui aimerait bien coucher avec S1 mais qui couche avec S2 et a faillit coucher avec L1 qui elle couche avec A qui a couché avec S1. Il a aussi couché avec M (qui couche avec D), C (qui couche avec R) et L2 (qui ne couche avec personne de connu). L1 a embrassé C et S2.

Ca, c’est ce qu’on sait.