Le repique

L’instru de ceux qui se la pète.

Le repique, ou repinique, est un instrument à percussion (ah ouais ? ) de 8, 10 ou 12″ de diamètre sur 22 ou 30cm de haut. Comme tous les autres « tambours » il est constitué d’un fût (bien souvent en alu) fermé par deux peaux, bien souvent en plastique, reliées par des tirants au nombre de 6, 8, ou 12.

Dans le Samba Enredo, la peau est frappée par une baguette en bois et par la main (c’est la fameuse claque, tout comme le tamborim a son fameux retourné) . C’est un peu étrange mais on s’y fait, sans quasiment jamais se taper sur les doigts (mais en finissant par bien se tuer la main, que ça soit à force de taper sur la peau ou en se l’empalant sur les tirants). Le repique est suspendu au bout d’une sangle, comme la caixa ou le surdo. La baguette est à bouts rond ; pas comme les baguettes de batterie ou de caixa, qui ont une sorte d’ogive. Il n’est pas rare de briser sa baguette et qu’un bout fuse à travers la bateria.

Dans le Samba Reggae, la peau est fouettée par deux baguettes souples (en plastique), et le repique est maintenue par une ceinture.

La phrase de base du repique est celle-ci (en Samba Enredo) : centre, bord, bord, main, centre, bord, bord, main, … Sachant que ‘centre’ et ‘bord’ veulent dire : taper avec la baguette au centre ou sur le bord. Et ‘main’, bah faut donner une claque sur la peau du repique. Le temps est sur ‘centre’

Le repique est aussi un instrument qui a l’air facile d’accès, mais qui a une richesse inimaginable. Une bateria est composée d’une section de repique, qui comprend un ou deux premiers repique. Les branleurs, c’est eux : ils ne jouent jamais, sauf pour faire les appels, des breaks, ou les questions-réponses. Ce sont les plus doués de la section, et pour cause : un appel foiré et c’est toute la bateria qui démarre en bordel, une question-réponse merdique et c’est tout le publique qui se fait chier. Tout comme certaines choses de la vie, les appels et les questions-réponses doivent être faites par un seul repique. Parfois le premier repique condescend à jouer avec vous, mais c’est généralement pour coller des variations ou des solos de furieux qu’il ne vaut mieux pas trop suivre au risque de vous perdre (mais de l’extérieur ça sonne p* grave).

L’appel … l’appel repique auquel tout rythmiste répond au quart de tour … Ca devient réflexe avant d’avoir un an de samba dans les mains. L’appel est donc lancé par le premier repique. C’est l’appel qui donne la cadence de toute la bateria. Il en existe plusieurs standards, mais le premier repique peut varier : en inventer, broder sur ceux de base, … Mais il faut qu’il se termine toujours de la même manière, reconnue par tous les rythmistes de l’univers, sans quoi la bateria ne démarrera pas. Un appel repique peut aussi lancer un break (break funk, break de Mocidade, … )

De même pour les questions-réponses. Le repique fait une certaine séquence (la question) et toute la bateria répond par une autre séquence. Et ce deux fois (au cas où certains ne connaîtraient pas la réponse). A force les questions-réponses se gravent dans vos mains, tout comme le démarrage qui suit à l’appel repique. Elles n’ont pas de nom ; pour les citer, chantez-les. La plupart des questions-réponses sont connues de tous les rythmistes. Et des non-rythmistes 🙂 : question : « toum. toum. toum. » Réponse ?1

Une baguette, une main, et vous pouvez varier les plaisirs à l’infini. C’est l’instrument qui se prête le plus à l’improvisation (à part le pandeiro, hé hé 🙂 ). Variation de la phrase de base, taper au centre plutôt que sur le bord (ou vice-versa), décaler d’un quart de temps, frisé, rimshot, roulement, … Vous êtes le roi du pétrole.

Le repique forme la « couleur » de la musique. Une bonne section repique vous donne le sourire et vous fait danser. Une variation ou un solo et vous avez la banane et tendez l’oreille pour apprécier.

Muni de cet instrument vous pouvez vous entraîner à la caixa (suffit d’une baguette de plus) ou au surdo. Vous pouvez essayer de jouer du tamborim mais vous risquez de vous blesser.

Un repique vaut au moins 100€. 175€ pour un 12″ 8 tirants chez Contemporanêa, par exemple.

  1. « PAMPAM » [back]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.