La caixa

Vous allez montrer un peu plus de respect pour les troubadours, s’il vous plaît.


La caixa (« caïcha »), ou caisse claire, est un cylindre de 12″ ou 14″ de diamètre, et de 5 à 20cm de hauteur, en alu ou en acier, fermé par deux membranes (jusqu’ici, je n’ai vue que des peaux synthétiques), tendue par 6 tirants. Elle est frappée avec deux baguettes en bois.

Une des peaux est barrée par des fils de fer ou des cordes de guitare. C’est sur cette peau qui est frappée. Évitez de taper sur les fils de fer, par contre …

Elle se porte à l’épaule ou comme un surdo : au bout d’une sangle (à accrocher là où les cordes se rejoignent, sur le tirant à gauche si vous êtes droitier). Question prix: une caixa 12″x20cm, c’est 165€ chez Contemporânea.

La caixa est l’instrument qui paraît le plus idiot à apprendre mais qui est en fait un des plus riches rythmiquement. Basiquement, si vous êtes gaucher, vous prenez une baquette dans main droite comme un fouet, l’autre dans la main gauche (indexe et majeur dessus, le reste en dessous) et vous frappez comme ceci : la main droite tape euh … normalement (elle fait le tempo), et vous faites pivoter votre poignet gauche (la main gauche fait les variations). En 10min vous avez pigé le geste (rimshot et drrrrr compris). 10 jours plus tard vous essayez encore de frapper en rythme, de le garder, et à essayer de choper ce * de swing. 1 an plus tard vous êtes encore à perfectionner votre tempo, votre geste, à écouter les autres caixa pour jouer ensemble et à apprendre les phrase des différentes écoles. 10 ans plus tard vous apprenez encore des variations.

Le swing de la caixa fait que leur phrase ont un sens sur lequel les surdo peuvent se caler.

Dans une bateria il y a environ 1/3 de caixa. Elles assurent la cohérence de l’ensemble, et son tempo. Elles sont en quelques sorte le quartz de la bateria, la trame sur laquelle tout le monde brode. Si vous écoutez une batuc, vous ne leur prêterez pas forcément attention mais elles sont pour beaucoup dans la sensation que vous éprouvez.

C’est incroyables ce que deux baguettes qui tapent à toute berzingue peuvent avoir comme richesse rythmique : que vous accélériez un temps ou l’autre, que vous tapiez sur le cerclage ou sur la peau, de la main gauche ou de la main droite ou pas du tout, et le swing est changé, et le sourire sur vos auditeurs aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.