Faire un relevé

Faire un relevé consiste à écouter un morceau et à relever la « partition » de chaque instrument, à l’oreille.

Comme nous faisons des percussions, la hauteur de la note importe assez peu. Nous n’allons donc pas nous fader une partoche entière, mais une version simplifiée : la ‘notation croix’.

Notation

Comme nous sommes en 4 temps et avons rarement pire ou autre chose que des doubles croches, il est possible de découper une mesure en 4 (temps), et un temps en 4 (double-croche).

Et en guise de note nous pouvons utiliser des symboles. La notation se résume donc à 4 packs de 4 symboles.

4 symboles comblent un temps, et 4 packs font une mesure.

Benoitement, ça ressemble à ça, pour 2 mesures :

Avec une ligne par instrument. Le premier tiret du groupe de 4 est sur le temps. Le suivant est la seconde double croche (première syncope). Le suivant la troisième double croche (le contre-temps), et le dernier la dernière double (seconde syncope).

Pour les triolets, vous vous démerdez 🙂 Suffit de mettre 3 tirets par temps et c’est gagné.

Et pour les sextolets :

Basiquement nous avons :

  • un ‘-‘ pour un silence (pas de boum, pas de ding, pas de clac, rien)
  • une ‘x’ pour un coup.

Autant on a (presque) rien à cirer de la hauteur de la note, autant la manière de taper est importante et diffère selon les instruments. Chaque manière aura un symbole.

Un coup de surdo (qui n’a à peu près qu’une manière de taper) n’est pas un coup de repique (qui en a 3, au moins) ni d’agogo (qui a 2 ou 4 cloches) ni de caisse (qui a des accents) ni de chocalho (qui n’a pas de coup).

Pour la caisse :

  • ‘X’ pour montrer l’accent

Pour le repique :

  • un ‘o’ pour un rimshot
  • un ‘g’ pour la main
  • un ‘x’ pour un coup au centre
  • un ‘f’ pour le ‘fla’ (main + cerclage)
  • un ‘r’ pour le ‘ra’ (rebondissement)
  • un ‘#’ pour un coup sur le fût
  • et en majuscule pour montrer l’accent.

Pour l’agogo :

  • ‘^’ pour la cloche du haut
  • ‘v’ pour celle du bas
  • 1 2 3 4 pour une des quatre cloches
  • et en majuscule pour les accents.

Pour le chocalho :

  • ‘<‘ en arrière
  • ‘>’ en avant
  • ou ‘x’, et le chocalheur se débrouille.

Maintenant, il faut écouter le morceau en question pour isoler chaque instrument et faire le relevé proprement dit.

Relevé

Et c’est là que ça se corse : un bon casque audio est indispensable : j’ai pu découvrir un coup en plus sur un morceau alors qu’il était inaudible sur l’ordi juste en l’écoutant sur mon téléphone avec le casque (un MDR 710 de Sony : 60€ et un très bon son : présent, découpé)

Changer de casque ou de lecteur (ordi, iPhone, android, … ) permet parfois de mieux entendre certaines fréquences.

Il ne reste plus qu’à écouter le morceau en boucle des dizaines de fois.

Au doigts

La technique qui va vous arriver immédiatement est celle du doigts : vous tapotez le tempo avec votre doigts, et vous essayez de voir/sentir/entendre où sont les coups. Sachant que c’est des doubles croches (dans le pire des cas), il y quatre possibilités :

  • Le coup est clairement quand le doigt tape. Le coup est donc sur le temps.
  • Le coup est quand le doigts est en l’air : il est sur le contre-temps (deuxième double croche)
  • Il est quand le doigts est sur la trajectoire montante : il est sur la première double croche (la syncope)
  • Il est quand le doigts est sur la trajectoire descendante : il est sur la troisième double-croche (la syncope aussi)

Et une cinquième : pas de coups nul part 🙂

Avez ce bout de « Feel Good Inc. », de Gorillaz (écoutez la grosse caisse qui fait « pouh.tcha..pouhtcha »):

Pas facile d’isoler les instruments, hein ?

En notation croix on obtient ça (si je ne me suis pas trompé) :

La seconde technique est plus visuel.

Au visuel

Chopez un tripatouilleur de son (j’utilise Audacity) qui va, à part pouvoir ralentir le morceau pour bien avoir le temps de choper les temps, pouvoir afficher le spectre de fréquence.

Sur un morceau comme « Take California », de Propellerheads, que je me propose de relevé au repique :

Écoutez la caisse, qui arrive à 40″.

En regardant le spectre sur un juste un bout (une boucle), vous obtenez quelque chose comme ça :

4 mesures de Take California, ralenties de 50%. Elles prennent 4s (2s à vitesse normale), on a donc un tempo très carré de 120bpm. Ça va être facile à relever, ça !

A l’oreille :

 

Voyez clairement les coups de caisse (les gros pâtés blancs) aux secondes 1, 2.25 et 3, donc sur le temps 2 (le temps 1 étant à 0s), juste après le temps 3, et sur le temps 4.

Ce qui donne, en première approche :

Devant chaque pâté blanc se trouvent des doubles barres, soit à 0.70, 1.95 et 2.70. Elles se trouvent sur le 1/4 de temps précédent chaque coups, environ (ce n’est pas exact puisqu’ils sont à 30ms et non pas 25 mais en jouant on swinguera à cet endroit). A l’oreille ça peut s’entendre comme une claque.

Juste avant les doubles barres du premier groupement il y a des triples barres, situées sur les 1/4 de temps avant les doubles barres. Et le coup en ‘x’ sonne plutôt comme un rimshot.

Idem sur le second groupement.

Sauf qu’il est précédé d’un coup léger (les doubles barres à 1.50). Isolé à la main ça sonne bien comme un main-centre-main-rim.

Même topo à 2.50 : doubles barres. Isolés avec les doubles de 2.70 et le pâté de 3, ça sonne comme main-centre(léger)-rim.

Et pour finir, des triples barres à 3.50, 1/2 temps après le pâté de 3, et des doubles barres à 3.75

Les oreilles attentive auront noté un coup de basse à 0. Mettons-le sous la main, et les accents sur les rimshot.

Plus qu’à le jouer afin de tester si à l’oreille ça sonne !

 

2 réflexions sur « Faire un relevé »

  1. Salut,

    Il y une petite erreur dans l’exemple de Gorillaz.

    Le pattern de la grosse caisse c’est :
    [x— x— –x- x—]

    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *