Voyage dans le temps – mon jardin

Oui, j’arrête de compter les jours. Ça n’a pas de sens…

Et puis je viens de découvrir que cet appareil permet de faire des catégories. Chouette technologie que celle de ce monde !

Je ne vous ai pas dit mais il y a un jardin, chez moi. J’essaie un peu d’en prendre soin. C’est pas évident… J’ai l’air plus doué pour prendre soin du jardin de mes voisins que du mien.

Chez moi je déracine des mauvaises plantes, j’essaie d’en faire pousser, j’essaie plein de combinaison, je cherche les meilleurs graines, mais ça ne pousse pas comme je le souhaite. Et puis l’on me demande des conseils de jardinage alors je vais chez mes voisins, je fais le ménage, plante des graines et ciao on me remercie, au revoir à plus tard. Il se trouve que chez eux ce que je plante pousse. Pas chez moi. Dans mon jardin c’est le souk. Et personne ne vient y planter ses graines. Qu’est-ce qu’il a, mon jardin ? il n’est pas accueillant ?

Une vieille histoire de ma région natale dit que le vers de terre (c’est quoi ces bêtes, déjà ?) transforme les déchets en or sur lesquels poussent des palais. Ma bisaïeule, qui m’a élevée, m’a dit que j’étais comme eux. Je n’ai jamais compris l’image.

Mais peut-être est-ce maintenant plus clair ; je fais le rapprochement… Le vers de terre (enfin, à ce qu’on m’a dit) prend tout un tas trucs disparates, les mélange avec je ne sais quel produit magique et en fait une substance qu’utilisent les plantes pour grandir, mais qui à lui ne lui servent pas. Alors si je te comprends bien, bisaïeule : mon jardin c’est pareil ? je prends tout un tas de trucs disparates, chez moi ça ne pousse pas, bien sûr, mais ça pousse chez les autres ?

Mais alors, bisaïeule, qui a les graines qui poussent chez moi ?