Quelqu’un que l’on connait si peu

C’est fatiguant d’être avec quelqu’un que l’on connait si peu. Il passe son temps à vous surprendre, à vous tendre des pièges, à vous faire perdre votre temps, à vous entourlouper, à vous pomper votre énergie, à vous donner des conseils à suivre ou à ne pas suivre (selon son humeur).

Et puis vous essayez de le connaître, de lui parler, mais il ne dit pas tout : il cache des choses, il vous mène par le bout du nez, masque ses défauts, mais cache tout de même des atouts. Parfois il fuit carrément, se cache, vous fout la paix. Parfois il se révolte, prend le dessus, prends les commandes.

C’est fatiguant, surtout quand vous vous le coltinez en fait depuis le début de votre existence : vous-même.

Tu fais quoi ?

Je fais quoi ?

Je sors de là où j’étais, je remets des idées en ordre. Je pose un pied devant l’autre sur du bitume. Je me déplace une petite planète appelée Terre. Je peste contre une décision qui me gonfle, contre le temps qui passe trop lentement, contre l’attente imposée. Contre moi qui donne trop de place à ce qui devrait prendre moins de place. Contre mon inflammabilité patente. Contre ma constitution de merde qui n’a pas encore, qui n’a toujours pas réussie à digérer ; qui a fait pousser des ronces et construit des ruines sur une catastrophe au lieu d’y faire un pont.

J’écoute de la musique celtique en tapant du texte. Plein de cellules en moi font autre chose : filtrer, trier, se battre, mourir, se multiplier, agencer, coller, réagir, collationner… Mon cœur bat trop vite, trop fort. Mon souffle est trop court, trop rapide. Je vieillis, comme à chaque milliseconde qui passe. Je mûris, peut-être même. J’évolue.

J’essaie de me rendre heureux tout en évitant mes putains de démons. J’essaie de passer un putain de diplôme pour je ne sais pas vraiment quelle obscure raison. J’essaie de me faire un chemin entre les Pierres. J’essaie de ne pas m’accrocher alors que j’ai terriblement besoin de m’accrocher. J’essaie de ne pas tout brûler alors que je brûle de tout faire cramer de rage.

Je me demande pourquoi je suis aussi pire, si ce n’est pire, qu’avant. Je me demande pourquoi je fais des ronds plutôt que des spirales.

J’essaie de vivre ma vie sans basculer. D’un côté ou de l’autre.

Voilà ce que j’essayais de faire, à cet exact instant.

Tracklist : « tu dis rien », de Louise Attaque. Parce que je fais quoi ? Je dis rien…

 

 

La manière de dire au revoir

Il était temps de nous dire au revoir. Nous étions face à face, debout. Mais alors comment nous dire au revoir ? Une bise serait trop peu, vu ce qui nous lie. Nous embrasser ne serait pas représentatif : trop engageant, et nous ne nous sommes pas engagés par là. L’accolade ? trop … juste à côté de ce qu’il faudrait.

Trop plein de ce qui m’anime, trop plein de ce qui nous anime, je ne réfléchis plus et d’instinct je mets ma main derrière son épaule, vivement, puis d’une pression des doigts je l’intime de venir vers moi pendant que j’ouvre mon autre bras pour attraper son autre versant. Ma tête n’est déjà plus là, ne la regarde plus. Elle vise le creux de son épaule. Je ne suis plus là, je sais que je suis arrivé. Je sais que cela ne va durer que quelques secondes dont le souvenir me marquera à jamais. Je sais que je ne sais pas comment cela va se passer. Je sais que ces secondes seront précieuses. Je sais que j’aurai le sentiment d’être chez moi, et que cela ne durera pas. Je sais que j’aurai envie de pleurer et que je ne le ferai pas mais qu’à la place je la serrerai fort. Je sais que je vais revenir aussi vite que je suis parti et que les sensations physiques de ses mains autour de moi, de la résistance de son corps sous la pression de mes bras, de la localisation même de nos points de contact vont s’imposer à moi, se mêler à ce que je ressens, diriger ce que je ressens. Ce que je ne souhaite pas.

Ce que je ne souhaite pas.