Tête dans le sol

Trop pleine, je me suis affalé et ai enfoui ma tête entre des brins d’herbes, le nez dans le sol, pour retrouver ma mère …

la terre, retrouver son odeur, son contact.

Dos au monde, je me suis coupé de tout et de tous. J’ai recherché l’intérieur ce que je ne trouvais pas à l’intérieur.

Le contact de l’herbe m’a fait du bien. Tourner le dos m’a fait du bien. L’odeur de la terre m’a fait du bien.

Puis j’ai ouvert les yeux et je flottais à la surface d’un grand océan vide, noir, accueillant, dont le sol était la surface.

Et je me suis laissé couler.

J’ai laissé le monde derrière moi, calmement.

Inspiration :

Je sais pas pourquoi … probablement pour l’ambiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *